Archives de Tag: Sofia Caminiti

Ballet du Capitole : joyau français

Photo Patrice Nin / Théâtre du Capitole

Photo Patrice Nin / Théâtre du Capitole

Joyaux français. Ballet du Capitole de Toulouse. Suite en blanc (Lifar / Lalo) et Les Mirages (Lifar / Sauguet). Représentations des 26 et 27 octobre 2019.

Réunis sous le titre un peu sibyllin de « Joyaux français », le ballet du Capitole de Toulouse proposait un programme Serge Lifar avec la reprise des Mirages (1944-47), au répertoire depuis 2014 et l’entrée du redoutablement difficile Suite en Blanc (1943). Il y a quelques années encore, je n’aurais pas imaginé que Kader Belarbi prendrait la peine de défendre ce répertoire.

En tant que danseur Kader Belarbi a dit de Serge Lifar qu’il « appartient à l’histoire de l’Opéra [même si] le temps estompe un peu son influence » mais pointe aussi son « narcissisme excessif, plus en relation avec la sensibilité contemporaine » [Cette déclaration extraite de Serge Lifar à l’Opéra date de 2006 a déjà aujourd’hui, à l’ère du selfie et de l’instagramisation du quotidien, un petit côté « historique »]. En tant que chorégraphe, Belarbi disait, toujours en 2006, que l’héritage lifarien lui était en grande partie étranger : « Je suis dans un choix chorégraphique qui ne recherche pas spécialement un style ni une ligne classique pure », « en tant que danseur, je sais que Lifar est là, même si en tant que chorégraphe, j’en suis moins sûr ».

Heureusement, Kader Belarbi, le directeur artistique du Ballet du Capitole de Toulouse, programmateur intelligent, sait ce que l’étude et l’intégration d’un style peut apporter à une compagnie de jeunes danseurs de 14 nationalités différentes et d’au moins autant d’écoles de ballet, pratiquement tous nés après la mort de Serge Lifar en 1986.

*

 *                                             *

Et ce style n’est pas aisé à animer. C’est qu’il y a en lui une base « statuaire », très années 30-40, tel ce lever de rideau sur Suite en Blanc où les danseurs sont groupés comme des divinités antiques sur un fronton. Les poses lifariennes, avec leurs ports de bras en anse hyper-stylisées, les contrapposto des danseurs masculins en 6e position auraient vite fait de paraître empesés si les interprètes ne maîtrisaient pas une « nouveauté» dont Lifar n’est peut-être pas exactement l’inventeur mais qu’il a utilisée de manière toute personnelle : les décalés. Ces positions qui allongent la ligne d’une arabesque ou d’un dégagé chez Lifar, contrairement à d’autres chorégraphes, ne sont pas conçues comme un déséquilibre mais bien comme une respiration. Dans Suite en blanc, la démonstration la plus emblématique de ce décalé est peut-être dans le court solo féminin de La Flûte, à la fin du ballet, où une soliste féminine alterne des positions parfaitement centrées et académiques (des assemblés sur des 5e très fermées suivis de relevés en attitude devant sur pointe) avec une série de développés devant décalés associés à un léger cambré du dos. Ce mouvement, exagéré, conduirait à un déséquilibre et à une forme de claudication. Respiré, il ressemble à une marche badine, très naturelle. Cet art de la mesure dans le cambré, essentiellement « français » [Selon Attilio Labis, Lifar disait : « vous les Français, vous avez quelque chose qui est rare et que personne d’autre n’a, c’est le sens de la mesure. Vous savez faire le geste juste, sans exagération » ], est un peu le test imparable qui montre si le style est acquis ou pas.

*

 *                                             *

Suite en blanc. Julie Charlet. Photographie David Herrero.

Et c’est une grande part de l’exploit en quoi a consisté l’entrée au répertoire de Suite en Blanc au ballet du Capitole,  dont les danseurs n’ont, pour la plupart, jamais été confrontés ni à ce style ni à cet exercice de mesure dans la démesure. Les garçons de Toulouse se lancent par exemple avec beaucoup d’énergie dans les curieuses courses en 6e avec les bras en poignées d’amphores. Ils animent le bas-relief avec une bravoure très crane. La plupart des solistes rentrent également, à des degrés divers, dans le jeu avec, pour les danseuses, la difficulté supplémentaire d’avoir à endosser plusieurs variations attribuées à l’Opéra de Paris à des solistes différentes. En deuxième distribution, vue le 26/10, Julie Charlet interprétait ainsi avec chic La Sérénade avec ses redoutables petites cloches sur une jambe de terre pliée sur pointe, La Cigarette , exercice de maîtrise (avec un délié du haut du corps, des ralentissements et des accélérations à donner le frisson et de petites révérences primesautières), et finissait par les fouettés de la Coda. En 1ere distribution, vue le 27, Natalia de Froberville interprétait aussi La Cigarette, d’une manière tout à fait personnelle (un parti-pris entre la chaleur de l’école russe et l’élégance de l’école française, beaucoup d’humour dans les œillades à la salle et de féminité dans les ports de bras), elle continuait avec le Grand adage, interprété de manière très sereine aux côtés de Ruslan Savdenov, partenaire très sûr, et finissait sur les fouettés. La comparaison des deux étoiles féminines de la troupe toulousaine donnait un peu le pouls de la compagnie sur ce difficile ballet. Elles déployaient toutes deux, chacune à leur manière, un abattage de bon aloi, fait de cabotinage contrôlé, d’émulation avec les autres ballerines, le tout dans une volonté de présenter l’excellence technique de la troupe. Et, à l’exception notoire d’Alexandra Sudoreeva qui danse toujours velouté mais sert la même sauce à chaque repas (L’adage, le Thème varié et la Flûte de Lifar cette année ou la Cendrillon de Noureev l’an dernier), les autres solistes de la troupe se sont mises au diapason de leurs têtes d’affiche.

Suite en Blanc. Adage. Natalia de Froberville et Rouslan Savdenov. Photographie David Herrero

Dans La Flûte (le 27/10), dont nous avons parlé plus haut, Florencia Chinellato (déjà charmante le 26 dans le trio aux beaux épaulements de La Sieste) fait montre d’une grande maîtrise de la musicalité. Elle sait danser entre les tempi musicaux et ménager de jolies surprises. Ses équilibres attitude sont un rêve de balletomane. Kayo Nakazato, seule titulaire du Pas de 5 (elle est entourée de 4 marlous battants, bondissants et tournoyants) montre un joli ballon sur les sissonnes et à de beaux piqués en attitude ouverte (surtout le 27 où elle se montre plus détendue). Dans le Thème varié, Tiphaine Prevost est d’une clarté technique cristalline. Son regard parfois dirigé vers la salle est très « français », très second degré. Elle intègre les ports de bras « pin-up baigneuse » de sa partition avec un naturel désarmant. Elle est accompagnée de Philippe Solano qui époustoufle par le ciselé de sa danse : ses réceptions arabesques sur les assemblés, d’une totale propreté, avec en prime, une extension de la ligne d’arabesque, sont mémorables. Son collègue, Matteo Manzoni, s’il n’a pas encore le même fini, danse avec la même bravura. On savoure d’avance les duos masculins qu’ils pourront former tous deux sur le pas de six de Giselle ou dans Raymonda. Ajoutez à cela la musique héroïque de Lalo et on avait le sentiment de voir deux mousquetaires faisant la cour à une Constance Bonacieux délicieusement accorte.

Philippe Solano écopait également pour une seule date (le 27/10) de la célèbre Mazurka, cheval de bataille récurrent des concours masculins du corps de ballet à l’Opéra. Le jeune danseur y fait preuve d’une énergie roborative. Ses positions sont littéralement facettées. Tout cela brille de mille feux. On espère que le danseur aura de plus nombreuses occasions de danser ce solo, de s’y détendre un peu et d’y introduire l’abandon « danse de caractère » propre à une mazurka. C’est ce mélange d’abandon dans la force dont faisait preuve le plus chevronné Davit Galstyan (le 26) pour le plus grand bonheur de la salle.

Tous les soirs, on se laisse emporter par l’énergie du grand finale interprété par les 32 danseurs de la troupe toulousaine. La gageure est relevée. Lifar ne paraît en aucun cas amidonné.

*

 *                                             *

4 - Les Mirages - Solène Monnereau (La Lune) - crédit David Herrero

Les Mirages. Solène Monnereau (La Lune), Mohamed Sayed et Jeremy Leydier (les bergers). Photographie David Herrero

La compagnie toulousaine retrouvait à l’occasion de ce programme Les Mirages, entré au répertoire dans le cadre d’une programme Henri Sauguet avec Les Forains de Roland Petit. Pour cette mouture 2019, les éclairages ont été fort à propos révisés . En 2014, la réduction du volume de la cage de scène écrasait un peu le surréaliste palais de la Lune imaginé par Cassandre et certains beaux costumes, très « École de Paris », étaient rendus presque outranciers par le manque d’éloignement. Ici, lorsque le rideau se lève sur le scintillement mystérieux de l’ouverture de Sauguet, on retrouve la belle pénombre ésotérique qui prépare à l’enchantement des Mirages. Messieurs Leydier et Sayed peuvent survivre sans trop de mal à leur costume de pâtre à perruque blonde bouclée et conduire les évolutions de la lune déshabillée d’un très osé académique blanc intégral à dos nu. Le 26, Solène Monnereau rayonnait de l’éclat laiteux de l’astre tandis que le 27, Juliette Thélin évoquait plutôt la Diane chasseresse.

Les Mirages. Florencia Chinellato (la femme). Photographie David Herrero

On retrouve dans Mirages de nombreuses particularités techniques exposées dans Suite en Blanc. L’adage du jeune homme avec la Femme (qui porte l’un des plus jolis tutus du répertoire classique, tous ballets et productions confondus), par exemple, voit reparaître des portés de l’Adage, les pointés sur pliés sur pointe du Thème varié ou les décalés dynamiques de la Sérénade. Mais contrairement à Suite en blanc où il s’agit de jouer le ressort de l’émulation, l’atmosphère qu’installe le couple principal est primordiale pour obtenir l’adhésion du public. Les deux couples qui se partageaient Mirages n’étaient pas sur ce point à égalité. Alors qu’en première distribution Julie Charlet et Davit Galstyan avaient déjà travaillé leur rôle en 2014, Natalia de Froberville et Ramiro Gomez Samon le découvraient. La seconde distribution s’en tire avec les honneurs stylistiques. Natalia de Froberville a compris le style lifarien, sa dynamique et l’esthétique de ses poses plastiques mais elle reste peut-être trop « ombre » pendant tout le ballet. Car le rôle de l’Ombre est ambivalent. Il faut trouver le juste milieu entre l’être allégorique et l’être de chair qui incarne les rêves très humains du jeune homme. En 2014, Maria Gutierrez était presque trop humaine. Elle dépeignait une sorte de Mater Dolorosa inquiète pour son rejeton récalcitrant. Cette approche avait l’avantage d’offrir un final poignant. Natalia de Froberville, en revanche, joue la carte de l’implacable œil de la conscience et s’enferme par là-même dans le rôle de gâte-sauce. À aucun moment le jeune homme de Ramiro Gomez Samon ne semble faire corps avec elle. Le danseur est touchant dans ses interactions enfantines avec les différentes protagonistes féminines (la chimère très papillonnante et insaisissable de Kayo Nagasako ou la femme suprêmement élégante et sensuelle de Florencia Chinellato) mais il ne semble jamais quitter le monde de l’adolescence. Du coup, sa variation en hommage à la femme, bien calée techniquement, manque de mâle autorité. De son côté Natalia de Froberville semble interpréter la fameuse variation de Chauviré comme une introspection personnelle. À la fin, dans le paysage aride, le jeune homme semble bien boudeur et désolé d’être encore et toujours persécuté par cette austère matrone en gris.

Les Mirages : Davit Galstyan (le jeune homme) et Tiphaine Prévost (la-chimère) Photo : David Herrero

L’approche de Julie Charlet est beaucoup plus fructueuse. Elle joue une Ombre dure certes mais pas implacable car toujours charnelle. Son rapport avec Davit Galstyan, pour être antagoniste, laisse cependant la place à une évolution. Dans sa variation, l’ombre semble vraiment danser les tergiversations du jeune homme. Galstyan, quant à lui dépeint un jeune homme tourmenté à la recherche d’une échappatoire. Mais chacune de ses rencontres avec un personnage féminin exprime une forme de maturation de l’homme. Avec la chimère terrestre et aguicheuse de Tiphaine Prevost, il est dans les amours adolescentes. Avec les deux courtisanes-sucre d’orge aux cous serpentins (mesdemoiselles Sofia Camininti et Solène Monnereau qui succèdent aux non moins charmantes Louise Coquillard et Yuki Ogasawara) dans la scène du Marchand-berlingo (Rouslan Savdenov, retors là où Minoro Kaneko, le 26, jouait sur le registre comique du baryton d’opérette), il se lance tête baissée dans la bacchanale, tel un fils prodigue. Avec la femme (Sudoreeva), il succombe à sa première passion d’homme. Toute sa variation semble dirigée vers sa partenaire (même le départs de pirouette de face sont précédés d’un regard intense jeté côté jardin).

Lorsque déçu par tous les mirages le jeune homme renvoie dans les airs la boite de Pandore du palais lunaire, le pas de deux final avec l’ombre est très touchant. Un amour se révèle. Le jeune homme accepte son ombre non plus comme un censeur mais comme une muse. Dans le paysage désolé, le jeune homme comprend les directions que sa tutrice lui indiquait depuis le début. Les ports de bras vers la terre, vers le ciel et à l’horizon sont porteurs d’espoirs. Ébloui par le soleil naissant, le jeune homme devenu adulte est prêt à commencer sa route.

Les Mirages. Davit Galstyan (le jeune homme) et Julie Charlet (l’ombre). Photographie David Herrero

*

 *                                             *

Sorti de cette soirée, regardant l’affiche à l’entrée du théâtre du Capitole, on se dit que oui, le titre de ce programme n’était finalement pas mal choisi. Car au-delà de ces deux chefs-d’oeuvre de Serge Lifar, c’est bien le ballet du Capitole qui est un joyau français.

2 Commentaires

Classé dans Blog-trotters (Ailleurs), France Soirs

Ballet du Capitole à Montrouge : L’artiste et ses copistes

Ballet du Capitole de Toulouse. Programme Dawson/Forsythe/Godani. Le Beffroi de Montrouge. Mercredi 16 janvier 2019.

Certains artistes, pour un faisceau de raisons difficiles à démêler, fixent, à certains moments, des standards. Dans la danse, durant les deux dernières décennies du XXe siècle, Sylvie Guillem chez les interprètes et William Forsythe chez les chorégraphes ont été de ceux-là. Ils ne venaient pas totalement de nulle part, ils avaient l’un comme l’autre leurs devanciers, leurs rivaux aussi, mais ce sont eux qui ont changé l’angle de vue sur leur art. Et ils ont travaillé ensemble. Il y a décidément des périodes bénites. Mais l’existence de ces personnalités est un peu à double tranchant. S’ils font évoluer le goût, ils créent aussi, à leur corps défendant, une nouvelle forme d’académisme. C’est ainsi que Guillem nous a valu et nous vaut encore des générations de danseuses caoutchouc, capables de tout faire, excepté de nous émouvoir. William Forsythe, de son côté, a inspiré deux générations de chorégraphes épris de vitesse et de prouesses vides de sens. Les unes alimentent les autres et vice-versa.

Le programme présenté par le ballet du Capitole de Toulouse pour une soirée unique au Beffroi de Montrouge (encore une salle municipale construite à une époque où les édiles se souciaient de la culture des masses), présentait en quelques sortes le haut du panier de cette tendance de la création chorégraphique : un ballet de William Forsythe y était en effet encadré par l’œuvre de deux de ses suiveurs.

A Million Kisses to My Skin est le premier authentique succès du chorégraphe britannique David Dawson, passé brièvement comme danseur au Ballet de Francfort. Créé en 2000 pour le Het National Ballet, il a depuis été adopté par plusieurs compagnies classiques et néo-classiques. La chorégraphie sur-vitaminée, avec ses complications inutiles des bras, une orgie de poignets cassés, des passages par-dessus les pointes par décentrement de la hanche pour les filles, des mouvements de tête hypertrophiés, un partnering de classe d’adage avancée (option acrobatie), est extrêmement maniérée. Elle ne retient du style de Forythe que l’écorce de son mouvement. Elle demande aux interprètes une extrême laxité pour créer le frisson du danger mais les départs de mouvements, eux, restent extrêmement classiques. Presque sages.

Comparé à d’autres émules du grand Billy, il faut reconnaître à David Dawson un talent pour la gestion des groupes. Les danseurs et danseuses rentrent et sortent dans un flot ininterrompu très dynamique. On ne s’ennuie pas et les danseurs non plus, apparemment. Car une autre qualité de ce ballet de Dawson est qu’il laisse assez de latitude aux interprètes – peut-être aussi parce qu’il n’y a pas un vrai style à défendre – pour exprimer leur personnalité. C’est là que la compagnie de Kader Belarbi, admirable pour l’homogénéité de son énergie, qui n’abolit jamais les spécificités des formations très diverses de ses membres, fait merveille. Plus que le ballet lui-même, on savoure ses danseurs.

Les russes, Natalia de Froberville en tête, dansent très « russe », avec une belle flexibilité du cou et du dos. Froberville joue de la projection explosive des jambes dans les portés « héroïques » aux bras de  Ramiro Gomez Samón. Kataryna Shalkina, qui ne cède en rien à sa compatriote dans le registre du cambré, joue plutôt sur l’élégance et la retenue néo-classique. Dans le mouvement d’adage, elle forme un très beau couple avec Minoru Kaneko. Le danseur, puissant, sait à merveille mettre en valeur la belle ligne de sa partenaire. Julie Charlet, quant à elle, apporte son chic sans affèterie à l’ensemble de ses apparitions. On aime son duo avec Davit Galstyan qui crée un joli moment d’intimité après toute l’agitation du premier mouvement. Sofia Caminiti se démarque aussi par son élégance et une authentique fraîcheur.

Il n’en reste pas moins vrai que A Million Kisses to My Skin, œuvre efficace, n’atteint pas les sommets de l’art.

En comparaison, même Vertiginous Thrill of Exactitude, qui n’est pas, loin s’en faut, mon Forsythe préféré, apparaît comme  la version dégraissée du précédent ballet. Dans ce quintette pour trois danseuses et deux danseurs, sur une interprétation très froide de l’allegro Vivace de la symphonie n°9 de Schubert, on se demande toujours un peu ce que le chorégraphe a voulu dire. S’agit-il d’un manifeste néo-classique pour mettre en valeur l’excellence de ses danseurs ou – ce que les costumes croquignolets en diable de Stephen Galloway suggèrent – y a-t-il un forme de critique de l’exactitude sur le mode parodique ? En un mot, pourrait-on remplacer le mot « Thrill » par celui de « Vacuity » ? À chaque fois, je me pose la question et aucun interprète, même ceux de Forsythe en 1996, ne m’a formellement donné la réponse. Restent, là encore, les danseurs. Philippe Solano affiche crânement son insolente forme technique et Davit Galstyan, qui était déjà dans la première pièce, force l’admiration par le contrôle de la vélocité et l’élégance de ses bras. Chez les filles, on apprécie également Kayo Nakazato qui danse avec un petit air détaché, très second degré français. Tiphaine Prévost va droit au but et interprète son texte dansé sans brusquerie ni afféteries. Natalia de Froberville, au parfait techniquement (avec notamment une jolie série d’arabesques penchées) danse un peu trop fruité à mon goût. J’aime mon Forsythe plus « dry ». Question de goût, sans doute.

Jacopo Godani fut un danseur de William Forsythe aussi bien au Ballet de Francfort qu’à la Forsythe Company (il y a été, entre autres, un des créateurs du très émouvant Quintett en 1996). C’est lui qui en a repris les rênes lorsque le chorégraphe créateur a décidé de repartir aux États-Unis (la compagnie a depuis été renommée Dresden Frankfurt Dance Company). A.U.R.A, une pièce de 2009, se présente même comme un condensé de l’œuvre de Forsythe, à commencer par son titre en acronyme. Les costumes unisexes gris-souris transparents portés avec chaussettes anthracite (Second Detail, 1991), les lumières très graphiques qui découpent et décuplent l’espace de la scène avec des extinction des feux intempestives pendant lesquels les danseurs semblent continuer leur vie sans le spectateur (Artefact, 1984), les rampes de cintres mobiles (Of Any If And, 1995), la musique électronique à la Thom Willems enfin, tout contribue à raviver des souvenirs de l’époque bénie du Ballet de Francfort en résidence au Châtelet.

La qualité majeure de cette chorégraphie réside dans la gestuelle qui, sans être personnelle, est fidèle à son modèle. On y retrouve toute la grammaire de Forsythe (les préparations hypertrophiées, les décentrements, les formes dessinés dans l’espace, les interactions par contact entre les danseurs) mais surtout, ce qui manque souvent aux épigones de maître de Francfort : l’énergie et les départs de mouvement inattendus. Les pas de deux ont ces intrications captivantes du style Forsythe. Le ballet n’est pas pour autant à la hauteur de son modèle. Il pèche surtout dans la gestion des groupes qui n’ont pas la merveilleuse fantaisie des créations de Forsythe. L’atmosphère de la pièce, vaguement angoissante et carcérale, reste la même du début à la fin, privant le ballet de réelle tension.

Pourtant, là encore, on goûte sans arrière-pensée l’interprétation des danseurs du Capitole. Des personnalités du corps de ballet se distinguent. Nicolas Rombaud déploie une belle énergie et fend littéralement l’espace. Martin Arroyos a des lignes ciselées au scalpel. Jeremy Leydier et Solène Monnereau interprètent un pas-de-deux puissant. Monsieur Leydier, avec son grand gabarit, n’est pas sans ramener à la surface de mes souvenirs ce côté à la fois massif et gracieux, calme et vaguement inquiétant qu’avait Marc Spradling à l’époque dorée du début des années 90.

a.u.r.a. Solène Monnereau et Jérémy Leydier. crédit David Herrero

Souhaitons donc que le Ballet du Capitole ait un jour l’opportunité de s’offrir de grands originaux de William Forsythe. L’expérience vaudrait assurément le voyage à Toulouse.

2 Commentaires

Classé dans Blog-trotters (Ailleurs), France Soirs