Archives de Tag: Compagnie Illicite Bayonne

Bayonne, compagnie Illicite : Confluences

img_9220Bayonne, Compagnie Illicite (Programme GIRLS) et Ensemble chorégraphique du conservatoire de Paris. Samedi 19 juin 2021.

Tandis que la France déconfine, les lieux de spectacles rouvrent lentement leurs portes. À Bayonne, le théâtre Michel Portal, élégant bâtiment néoclassique à l’extérieur et salle frontale à l’intérieur n’ayant conservé de sa salle d’origine que sa coupole surbaissée de théâtre à l’italienne, rouvrait justement avec un spectacle de la compagnie d’expression néoclassique, Illicite, dirigée par Fabio Lopes. C’est un peu une boucle bouclée. Du moins l’espère-t-on sincèrement. La dernière fois qu’il nous avait été donné de voir le travail d’Illicite, c’était en mars 2020, à Meaux, quelques jours seulement avant le grand confinement.

Pour cette soirée de retrouvailles, le programme est « riche » et composite. Le spectacle présente pas moins de cinq chorégraphies interprétées par deux compagnies : la compagnie de Fabio Lopes, bien sûr, mais aussi l’Ensemble chorégraphique du conservatoire de Paris, une compagnie réunissant les élèves diplômés du CNSM de danse et leur permettant de se confronter à la scène et au public. Le programme – même fortuit car guidé par la présence des danseurs du CNSM et de la pièce qu’ils ont travaillée –, scandé par deux entractes, est tripartite mais aussi un peu bicéphale : deux pièces de chorégraphe masculins Wayne McGregor et Fabio Lopes encadrent une partie centrale constituée de chorégraphes féminines. Les styles chorégraphiques sont également clivés puisque ces messieurs apparaissent plutôt comme des chorégraphes néoclassiques tandis que ces dames, bien qu’ayant reçu une formation similaire, semblent, sous l’ombre tutélaire de Martha Graham dont on présente un court solo, s’émanciper davantage de la technique académique.

Les vaillants jeunes danseurs de l’Ensemble chorégraphique du Conservatoire de Paris présentaient un extrait d’une pièce très primée de Wayne McGregor datée de 2008, Entity. Vêtus de teeshirts blancs à clusters et de shorts noirs, ils égrènent le vocabulaire typique du chorégraphe, élaboré avec sa compagnie – pour laquelle Entity a été créé – et perfectionnée ensuite sur les danseurs du Royal Ballet de Londres : les bassins sont cambrés à l’extrême, les bustes basculent violemment pour projeter de vertigineuses arabesques penchées, le partnering musclé des garçons conduit les filles à se retrouver plus souvent qu’à leur tour la tête en bas. Le travail des mains et des ports de bras est volontairement alambiqué. La circulation des danseurs alterne les reptations et les courses. Tout cela est sans doute inspiré par William Forsythe mais le tout paraît sans surprise. Est-ce la jeunesse des interprètes qui ne ménageraient pas encore suffisamment la surprise ou l’absence des lumières précieuses et des décors mouvants de la scénographie originale ? Je penche, comme souvent face à une chorégraphie de McGregor, pour la seconde solution. Forsythe faisait sortir la forme pure de la danse académique d’un chaos apparent, McGregor la cite comme ces snobs qui parlent en argot mais ne manquent pas de vous glisser à l’oreille la longue liste des personnes chics qu’ils fréquentent.

On l’aura compris, je n’ai pas encore opéré ma conversion à l’église McGregor. J’abordai donc la deuxième partie de soirée avec un mélange d’espoir et de crainte. La compagnie Illicite, profondément transformée depuis mars 2020 – des six danseurs, seule Raquel Morla en faisait déjà partie alors – présentait une pièce de Nicole Muratov, No Ommes. Cette belle danseuse du ballet de Bordeaux, qu’on avait pu apprécier dans le rôle de la reine du Blanche-Neige de Preljocaj, présente régulièrement des improvisations chorégraphiques via les réseaux sociaux. Celles-ci, dans une veine proche de la gestuelle d’un Sidi Larbi Cherkaoui ou d’un Mehdi Kerkouche, n’avaient pas particulièrement retenu mon attention. Elles ne se distinguaient pas, à mon sens, de ce que présente sur ces mêmes réseaux sociaux une autre belle danseuse classique à l’Opéra, Marion Barbeau, depuis qu’elle s’est découvert une passion pour le « moderne » : volutes des bras et des poignets entraînant le buste, différentes parties du corps dissociées donnant parfois l’impression d’un corps-machine. Pourtant, cette pièce pour quatre danseurs, sur des musiques de Franz Liszt, n’est pas sans séduction. Le ballet s’ouvre sur le quatuor de danseurs comme enchaînés les uns aux autres et luttant pour leur liberté. Les têtes, soulignées par la lumière tandis que les corps restent dans la pénombre, semblent figurer les notes impétueuses jouées par le pianiste. Ensuite, les interprètes, habillés dans une palette de couleurs proche de celle utilisée par Robbins dans ses ballets des années 50 (Interplay ou NY Opus Jazz), apparaissent souvent en formation carrée dos à dos. Ils s’en arrachent tour à tour pour interpréter un court solo. Il y a de l’antagonisme mais également une certaine intimité qui se dégage de leurs échanges, notamment dans les duos. Par moment, un danseur accroupi sur le sol devient la plateforme de rotation des autres. Sur le presto, une danseuse semble vouloir percer le mur formé par ses trois autres comparses. Ils ne se contentent pas de la bloquer mais la soulèvent en l’air, la faisant tournoyer. L’effet est très dynamique. Somme toute, on aura apprécié cet « Age of Anxiety » moderne.

img_9234

Nos Omnes, Nicole Muratov. Photographie Stéphane Bellocq

L’anxiété est également à la base du solo « historique » présenté lors de cette soirée. En 1937, Martha Graham, présentait pour la première fois Deep Song, sur une musique de Henry Cowell, en réaction à la Guerre civile espagnole. Le vocabulaire de la grande prêtresse de la danse moderne est très reconnaissable : la pose assise de la danseuse en équilibre instable sur un banc, les grands ronds de jambe avec rotation de l’en-dedans à l’en-dehors sur pieds flexes ; son utilisation d’un élément de décor épuré – ici le banc sous lequel la femme se cache qui se mue éventuellement aussi en croix pour la montée au Golgotha – est également typique de l’esthétique de la chorégraphe. Cependant, quelque chose ne fonctionne pas. Océane Giner, l’interprète du solo, ne sépare pas suffisamment les jambes du haut du corps  par cette « colonne d’air » venue du diaphragme typique de la technique Graham, privant la gestuelle de son aura archaïque et mythologique.

Avec la troisième pièce, on ne quitte pas la mythologie. Ludmila Komkova, elle aussi de formation classique, évoque en effet les Moires (les Parques de la mythologie romaine) sur des extraits de Debussy moult fois utilisés par des chorégraphes néoclassiques. Son style, qui présente des similitudes avec celui de Nicole Muratov, est fait de jolis mouvements contournés, avec des volutes des bras, des rotations sur genoux pliés pour trois danseuses qui, par instants, s’agrègent les unes aux autres comme des sœurs siamoises ou alors se font face dans des génuflexions à l’angularité de fresque égyptienne. L’ensemble est plaisant même si, au bout du compte, on regrette que la singularisation de la Fileuse, la Tisseuse et la Trancheuse soit plus souligné par les costumes que par l’attribution à chacune d’une gestuelle vraiment spécifique.

img_9236

Moirai, Ludmila Komkova. Photographie Stéphane Bellocq

La soirée s’achevait par une œuvre du directeur-chorégraphe de la compagnie Illicite, Fabio Lopes. Crying After Midnight, son nouvel opus, n’allait pas de soi sur le papier pour le balletomane que je suis. Chorégraphier pour trois couples sur des Nocturnes de Chopin, c’est se mettre dans le sillage et dans l’ombre écrasante de Jerome Robbins et de son In The Night. En 2014, dans Nocturne, Thierry Malandain s’est également frotté à la musique de Chopin, créant une de ses œuvres les plus poignantes – une œuvre qu’a d’ailleurs dansée Fabio Lopes au Ballet Biarritz.

Crying After Midnight est pourtant une bonne surprise. Lors des soirées de mars 2020 à Meaux, pour EDEN, j’avais un peu regretté que la scénographie et la volonté de « faire sens » ait pris le pas sur le plus important, la chorégraphie. Ici, le chorégraphe qui répondait à une commande de la ville de Bayonne d’étendre un simple duo à une œuvre pour sa compagnie de six danseurs, a pris le parti de la simplicité. Et c’est pour le meilleur. Dans un style franchement néoclassique légèrement biaisé d’incongruités plus contemporaines, sans sous-texte trop prégnant – les danseurs ne représentent pas une vision chronologique de la vie du couple comme chez Robbins et les costumes beiges sont d’une grande neutralité – la chorégraphie se met à l’écoute de la musique. L’ouverture, sur le Prélude n°4, avec les trois couples, montre des qualités dans la gestion des groupes qui circulent avec fluidité. On décèle une petite influence « malandinesque » dans le partnering (les imbrications de corps ou encore les filles qui font tourner les garçons) et on apprécie les portés avec ports de bras lyriques qui impriment dans la rétine du spectateur une sorte d’étagement dynamique. Les duos qui se suivent, tout en étant de la même veine stylistique, ont chacun une spécificité qui les distingue. Du premier duo, j’ai retenu par exemple des sortes de baisers et des ports de bras d’orants. Le second est celui des envols – beau ballon des deux danseurs, Tomis Pedro et Raquel Morla. Enfin, le troisième est celui des « étreintes dynamiques » : par exemple, la danseuse, Coline Grillat se jette dans les bras de son partenaire, David Claisse, pour un embrassement glissé. Il se dégage de ce dernier pas de deux – le premier créé du ballet – une sensation d’agréable tournoiement qui teinte finalement la perception d’ensemble de l’œuvre.

C’est dans un état d’esprit plutôt positif, un peu partagé tout de même – on n’a pas encore vu quelque chose de « nouveau » ou d’entièrement personnel – qu’on sort sur le parvis du théâtre Michel Portal, placé – est-ce un signe ? – à la confluence de deux cours d’eau d’inégale importance, L’Adour et la Nive. Une forme de croisée des chemins…

img_9237

Crying After Midnight, Fabio Lopes. Photographie Stéphane Bellocq.

Commentaires fermés sur Bayonne, compagnie Illicite : Confluences

Classé dans Blog-trotters (Ailleurs), France Soirs

Compagnie Illicite de Bayonne : Eden. Aux portes du Paradis

 

stephane-bellocq-lopez-illicite-eden-bayonne-2020-0389

Eden. MAD/Enfer. Photograhie Stéphane Bellocq.

Eden. Compagnie Illicite Bayonne. Chorégraphies de Fábio Lopez. Théâtre Luxembourg de Meaux. Vendredi 6 mars 2020.

Dans le paysage chorégraphique français, il est rare de trouver de jeunes compagnies de création qui revendiquent l’héritage classique et néoclassique. Les décideurs de tous bords accueillent volontiers des compagnies et des chorégraphes utilisant cette expression dansée mais d’autant plus facilement que leur gloire a été forgée et acquise ailleurs que dans l’hexagone. Et voilà que le Pays Basque offre, après le Malandain Ballet Biarritz, une deuxième antenne néoclassique au pays. Son directeur artistique, Fábio Lopez, est d’ailleurs un ancien danseur de la compagnie biarrote. La structure ni l’échelle de la compagnie ne sont les mêmes. A la différence du Malandain Ballet Biarritz, le groupe de Bayonne (7 danseurs et non 22) n’est pas l’instrument d’un seul chorégraphe. Avec la compagnie associée Oldeak, Fabio Lopez crée certes ses propres pièces mais invite également d’autres chorégraphes à venir travailler avec sa plateforme.

Bien évidemment, découvrant le travail d’un jeune chorégraphe, on est tenté de repérer les influences de ses grands devanciers sur son travail. Fábio Lopez revendique lui-même les influences de David Dawson, Maurice Béjart (durant sa formation, il est passé par l’école Rudra), Jean-Christophe Maillot (un chorégraphe qui est parti à Monaco pour pouvoir continuer à créer dans son style néoclassique) ou encore Jiri Kylian.

Le programme présenté au Théâtre Luxembourg de Meaux est celui qui célèbre les cinq ans d’existence de la Compagnie Illicite. Il s’agit d’un triptyque, « Eden », assemblage de deux pièces plus anciennes et d’une création, toutes de Fábio Lopez. Le thème général évoque « La Divine Comédie » de Dante et ses trois livres, « Enfer », « Purgatoire » et « Paradis ».

MAD/Enfer, la création de 2020, qui s’ouvre sur une structure translucide laissant deviner trois formes humaines avant d’être transpercée par des bras et des jambes, n’est pas sans évoquer les scénographies précieuses et sombres de Kylian. On se rassure un peu en ne reconnaissant pas dans la chorégraphie, savant mélange de pas académiques apparaissant par surprise au milieu de reptations au sol et d’athlétiques attitudes forcées, le rythme hyperactif de certaines chorégraphies de Dawson. On sent dans la pièce une volonté de porter un propos qui n’est pas sans convoquer certaines pièces à thèse de Béjart. Une créature portant des bois et unie d’un fouet, Samaël-Lucifer (Rachel Brookes-Bent) malmène une danseuse. Un pas de deux nous évoque un supplice, celui de la faim, dans une des bolges de l’enfer. Le programme nous apprend qu’il s’agit en fait d’Eve (Marion Bastardie) et du Serpent (Guillaume Caballe).

Est-ce la musique avec chœur très planante de Philippe Hersant ? Mais, en dépit de la qualité de la chorégraphie, alternant duos, trios et pas de deux et d’entrées inattendues du groupe, on a du mal suivre. On se perd un peu dans cette forêt de symboles et l’intérêt s’étiole.

MAD, chorégraphie Fabio Lopez. Photographie Stéphane Bellocq

La deuxième pièce, AURA/Purgatoire, la plus ancienne (2017), sur des musiques religieuses du compositeur portugais de la première moitié du XIXe siècle Joao Domingos Bomtempo, est celle où le talent du chorégraphe nous a le plus captivé. On y retrouve la récurrence des attitudes projetées avec violence et tenues ensuite dans une sorte de tension dynamique. La gestion des groupes, très compacts, avec les portés tournoyants d’un danseur ou d’une danseuse, dénote une belle maîtrise. Surtout, l’alternance de l’ensemble de la compagnie et des parties plus solistes fait sens. Le groupe est à la fois limitation et réconfort. On remarque un très beau duo entre deux garçons suivi d’une pas de deux où le chorégraphe lui-même, interprète intense, donne la réplique à Manon Bastardie. On y reconnait plutôt ici l’influence de Thierry Malandain, pour les oscillations du dos et l’égalité de puissance entre la danse des filles et celle des garçons. Une certaine humanité se dégage de la pièce et nous touche.

Le Paradis anxiogène de CAGE OF GOD (2019) – car le chorégraphe nous abandonne au moment du jugement et non, comme chez Dante, dans la communion avec Dieu – avec ses respirations scandées et ses agitations des membres n’est d’ailleurs pas aussi sans rappeler l’atmosphère du « Boléro » du maître de Biarritz. La danse finale, sur les funérailles d’Aménophis IV extraite de l’opéra de Philip Glass Akhnaten, utilisée en version instrumentale par Robbins pour le troisième mouvement de Glass Pieces, utilise un répertoire de pas et de poses athlétiques avec de nombreux battements développés. La marche des danseurs n’est pas sans évoquer le grouillement d’une colonie d’insectes. La chorégraphie endosse bien la transe suggérée par la musique mais n’embrasse peut-être pas suffisamment ses volutes obsessionnelles.

Il y a de bien belle gemmes et de bien beaux germes dans cette soirée de la Compagnie Illicite de Bayonne. Gageons que son chorégraphe, Fábio Lopez, les fera fructifier en rajoutant un soupçon de facétie et de légèreté à son propos savant et sérieux.

Fabio Lopez et la compagnie. Saluts. Photographie Stéphane Bellocq

Commentaires fermés sur Compagnie Illicite de Bayonne : Eden. Aux portes du Paradis

Classé dans Blog-trotters (Ailleurs), France Soirs