Paquita : Embarras de pauvreté

P1010032Paquita, représentations des 2, 3 et 16 mai au palais Garnier

Il me revient – moi qui ai, stylistiquement parlant, l’œil éveillé d’une sardine dans son huile – de vous narrer en premier mes Paquitas. L’ami Cléopold prépare un commentaire érudit et subtil sur la recréation de Pierre Lacotte, mais le temps qu’il peaufine cela, j’occupe la scène. Je comptais en profiter pour vous abreuver de théorèmes controuvés et de sorties équivoques. J’avais dans l’idée de gloser sur les préjugés de classe qui irriguent le livret, de mettre en garde contre l’endoctrinement des masses (car enfin, à la vue du galop de l’acte II, qui n’aimerait les militaires ?), d’en appeler à la vérité ibérique (croit-on vraiment qu’un torero agite sa cape ainsi ?), et autres remarques de la même farine, jusqu’à l’épuisement. J’aurais pu aussi vous dire pourquoi j’aime, dans les pas de deux, les paysages mouvants créés par le corps, dont les évolutions froufroutantes distraient et égaient le regard, aussi bien dans la Vallée des taureaux qu’au sein du palais du gouverneur.

Mais la rédaction en chef a mis le holà, et entre-temps je n’étais plus d’humeur. J’ai pourtant vu de jolies choses : une Laura Hecquet au sens comique insoupçonné, jouant avec la chorégraphie avec une aisance jubilatoire le soir de la première, au point de faire oublier le manque de prestance de Karl Paquette, toujours bon partenaire cependant (2 mai) ; Mathias Heymann, le lendemain, inégalable dans le moelleux, faisant de la petite batterie comme on saute à l’élastique, aux côtés d’une Hannah O’Neill piquante au premier acte et sûre d’elle au second (3 mai). Dans le pas de trois, un très élégant Germain Louvet, enchaînant crânement ses séries de trois sissones arrêtées – quatrième, arabesque, attitude (d’autres finissent platement en coupé) – malheureusement un peu déstabilisé en fin de parcours (2 mai). Un Iñigo ostentatoire (François Alu, le même soir), qui a manifestement conquis sa suprématie à coups de navaja, alors que dans le même rôle, Sébastien Bertaud et Marc Moreau, plus français qu’espagnols, ont des élégances d’héritiers (3 et 16 mai).

La soirée du 16 mai, en revanche, replonge le spectateur dans de douloureux constats. Léonore Baulac et Jérémy-Lou Quer sont jolis en photo, mais qu’ils sont engoncés ! Ils ont bien répété, ils font tout comme on leur a dit ; il leur reste – est-ce que ça s’apprend ? – à libérer le haut du corps, occuper l’espace et dévorer la scène. Alors que le pas de deux et le Grand pas du 2e acte devraient composer un arc en apogée, on reste calmement sur terre jusqu’à la fin. Techniquement, M. Quer est plus à la peine que sa partenaire ; par moments, il a le même air concentré que Karl Paquette quand il mange ses pas de liaison.

Je m’en voudrais d’accabler ce dernier : il a un bon paquet d’années de plus, et il a au moins le cran de continuer à servir un répertoire exigeant, là où d’autres ont renoncé depuis belle lurette. C’est bien là que le bât blesse : entre les étoiles qui n’ont jamais pu, celles qui ne peuvent ou ne veulent plus, et celle qui préfère aller cachetonner à Taipei (et sans compter les jeunes mères et les blessés), le ballet de l’Opéra n’est pas loin de la misère d’atouts. L’héritage de la période Lefèvre sera lourd à solder. Faire danser des petits jeunes en attendant? Artistiquement, le calcul a ses limites, comme le montre la soirée du 16 mai; et commercialement, il n’est pas très respectueux des spectateurs (à qui l’on fourgue, pour plus cher, une distribution de second plan). Il faudrait déjà soigner l’homogénéité du corps de ballet, et le brio des rôles semi-solistes, dont bien peu ont été pleinement convaincants par rapport à la reprise de la saison 2010/2011.

« Paquita ». Le 4 mai 2015 (distribution Hecquet-Paquette).

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Humeurs d'abonnés, Retours de la Grande boutique

6 réponses à “Paquita : Embarras de pauvreté

  1. pandora

    Opéra de Paris ou Casino de Paris ?

  2. Agnès

    Un grand merci pour cet article! J’ai laissé mes impressions, commentées par d’autres spectateurs, sur la représentation de Paquita du 15 mai sur le blog « Danse avec la Plume », j’ai écrit un mail à l’opéra de Paris (qui m’a aimablement répondu) mais je vais me fendre d’une lettre… une honte! Tout ce que vous dites sur ces deux jeunes danseurs est exact. Mais vous avez raté le plus beau: la chute de Léonore Baulac. Je n’ai jamais vu cela à l’opéra de Paris, ni nulle part ailleurs dans un ballet de ce niveau ! Nous devions voir Amandine Albisson, énorme déception. Et comme vous le dites très justement, le prix des places n’est pas justifié pour une représentation aussi médiocre. Idem pour le Lac avec Hannah O’Neill et Yannick Bittencourt, le 8 avril, même s’ils étaient quand même un cran au dessus. Le public qui aime tant cette maison et ses danseurs n’a jamais connu un tel manque de respect. Mais le corps de ballet a fait un très beau travail, et Florimond Lorieux un pas de trois très réussi.

    • Pour éviter tout malentendu : nous ne parlons pas de la même soirée. Vous avez vu celle du vendredi 15 (avec un changement de distribution), nous commentons la représentation du 17 (date à laquelle Mlle Baulac et M. Quer devaient originellement effectuer leur prise de rôle).

  3. Sophia

    C’est par contre Brigitte LEFÈVRE. (Et Frédéric LEFEBVRE).

  4. Pingback: Paquita : ballet schizophrène? | Les Balletonautes