Debr@nche !#!

photoIl y a des sujets plus importants – comme la faim dans le monde et l’avenir de la planète –, mais c’est la morte saison, et la direction des Balletonautes, indifférente à mes idées sur la fermeture de Guantánamo, m’a demandé de traiter un sujet à ma portée.

Le compte twitter de l’Opéra de Paris est écervelé. Si vous y êtes abonnés (et on commence à se demander si ça vaut la peine), vous savez que presque chaque soir de première, il gazouille qu’il y a eu un #Triomphe, et (nouveauté de la fin de l’année dernière) que c’était #magique. On lui dit que c’est lassant, mais il n’en a cure. Tout content de lui, il persiste et signe, comme fait un gosse un peu asocial qui, à chaque récréation, répète la même mauvaise blague dans l’espoir de se faire remarquer, et au risque de se récolter une taloche.

De temps à autre, le twitto s’essaie à la poésie, et ce n’est guère mieux (pour Le Parc : « ce soir les anges ont pleuré »). Ou alors il donne dans le léchage de bottes (pour la soirée Teshigawara/Brown/Kylian : « merci Brigitte » ; peut-être est-ce du second degré, ce qui serait pis). Il faut beaucoup de talent pour dire quelque chose en 140 signes ; mais est-ce une raison pour manquer totalement d’idées ? L’anniversaire de Maria Callas ? Google y a pensé, l’Opéra de Paris a oublié. Puiser dans les archives, nous faire découvrir des vidéos de derrière les fagots ? Personne n’y a songé. Répondre aux interpellations ou aux demandes de renseignement ? C’est en dessous de la dignité du gestionnaire du compte, qui n’a apparemment pas compris ce qu’interactivité veut dire. Annoncer les changements de distribution (et pas seulement quand c’est une bonne nouvelle ) ? Trop fatigant sans doute.

Sérieusement, dans n’importe quelle entreprise, un « community manager » aussi mauvais aurait été viré depuis belle lurette. Sauf à croire que l’emploi culturel serait le dernier bastion de l’incompétence (ce qui est une insulte envers tous ceux qui, dans des maisons moins prestigieuses, se cassent la nénette avec dix fois moins de moyens), il ne reste, pour expliquer le mystère, qu’une piste : l’amateurisme est généralisé.

La façon dont est géré le concours  littéraire « Émotion Opéra » donne du crédit à cette hypothèse d’une politique de gribouille. Pour encourager les spectateurs à exprimer « leur plus belle émotion liée à une œuvre lyrique ou chorégraphique à l’Opéra national de Paris », le site internet propose des témoignages hors concours, dont les premiers ont quasiment tous été choisis dans la catégorie des présidents de ceci, directrices de cela et anciens ministres. S’en dégagent quelques banalités débitées sans style aucun, et une vision assez salonnarde de l’art lyrique (ah, la soirée passée par Christine Albanel avec la reine Sonja de Norvège, qui a « la spontanéité et la simplicité des souverains nordiques… »). Si l’on excepte André Tubeuf, ces petits textes prouvent surtout qu’on ne sait plus écrire chez les grands de ce monde (ni lire chez leurs sous-fifres). Il ne sera sans doute pas difficile au jury – où l’on croise deux journalistes TV – de trouver des textes de spectateurs plus inspirés. Plutôt que des abonnements gratuits, on devrait proposer aux lauréats une embauche à la direction de la communication de l’Opéra.

Publicités

Commentaires fermés sur Debr@nche !#!

Classé dans Humeurs d'abonnés

Les commentaires sont fermés.