Archives de Tag: Olga Grishenkova

Les Follies-Gatsby

The Great Gatsby, Chor. Dwight Rhoden, musique Konstantin Meladze. Avec Denis Matvienko et Clifford Williams. Folies-Bergère. Représentation du 16 octobre 2017.

On ne va pas voir un ballet sur Gatsby le Magnifique en espérant retrouver le roman de F. Scott Fitzgerald. Une précédente expérience m’avait détrompé. Contrairement à ce qu’écrit la critique ignare d’un quotidien du soir, la pièce de Dwight Rhoden n’est pas la première adaptation en ballet de ce roman. La version de David Nixon pour le Northern Ballet (2012) était une très honnête production à costumes, une sorte de biopic dansé qui égrenait chronologiquement l’histoire en évitant soigneusement la question de classe au centre du roman. Le ballet était un brin longuet.

Le Great Gatby de Dwight Rhoden, une expérience originale qui mélange un chorégraphe américain, des danseurs russes et ukrainiens et un compositeur ukrainien d’origine géorgienne, prend une autre voie. Pour commencer, on n’assiste pas exactement à ce qu’on peut appeler un ballet. Dans le cadre délicieusement kitch des Folies-Bergères, la première partie de la soirée, qui prend en charge le roman jusqu’à la première retrouvaille de Gatsby et Daisy, ressuscite plutôt cette époque où le ballet classique se produisait dans les music hall –Cléo de Mérode ou Aïda Boni, deux danseuses de l’Opéra, s’y sont produites dans des pièces de l’une des premières chorégraphes à succès, Madame Mariquita.

C’est donc plutôt une sorte de revue, très flamboyante, qui utilise des solistes néo classiques de haut vol et un corps de ballet (ici réduit à une douzaine de danseurs en raison de la taille de la scène) qui traverse la scène à la manière d’un chorus line acrobatique et se démultiplie par le truchement de rapides changements de costumes. Le spectacle est conçu comme une série de tableaux atmosphériques. Des projections sur l’écran de fond de scène servent à présenter les acteurs à la manière d’un générique de film à gros budget ou à expliciter l’action. La partition de Kostantin Meladze renforce cette impression. Très –voire trop- orchestrée, elle évoque un générique de fin qui s’étirerait sur une heure. Durant l’évocation d’une des soirées luxueuses donnée dans le manoir de Gatsby, des garçons font des saltos arrière, Mayer Wolfsheim (le trafiquant d’alcool) se pend au lustre et y fait de la balançoire (un exploit qu’à la fin du ballet, Gatsby, vêtu d’un caleçon couleur chair, tentera de réitérer avec beaucoup moins de succès) et des lazzis dorés tombent des cintres sur les spectateurs des premiers rangs d’orchestre.

La chorégraphie de Dwight Rhoden utilise une technique classique acrobatique avec beaucoup d’arabesques découpées au laser, des jambes portées très haut (pour les garçons comme pour les filles) et des mouvements de bras tour à tour anguleux ou ondulants mais toujours hyperactifs. Le long danseur Clifford Williams, venu de la compagnie du chorégraphe Complexions Contemporary Ballet, est une illustration parfaite de son style. Il justifie par ses seules qualités la place disproportionnée que prend son personnage, Mayer Wolfsheim, simple factotum littéraire dans le roman de Fitzerald. Pour tout dire, Denis Matvienko peine un peu à exister durant la première partie face à son double maléfique. Il montre plus d’autorité dans la seconde.

Pour les parties plus narratives (plus nombreuses dans la seconde partie, ménageant même quelques moments intimistes), Dwight Rhoden parvient assez bien à évoquer les chassés croisés entre les personnages principaux. Il utilise intelligemment des tables, lieux de réunion, de partage mais aussi de conflit ou de mise au point. Dans la première partie, chez les Buchanan, l’agitation mondaine est comme entrecoupée par les coups de téléphones de Myrthle, la maîtresse de Tom (Ekaterina Alaeva, qui rend bien le côté capiteux et âpre de son personnage). Dans la seconde partie, les tables métalliques renvoient des reflets glauques sur le cyclorama du fond de scène, les principaux protagonistes se roulent et se mélangent sur elle car l’orage rode. Un simple tabouret pris par l’assise suffit à suggérer la voiture qui emmène toute cette petite société en ville où éclatera la dispute.

Pour les portraits individuels, c’est beaucoup moins réussi. Le contraste entre Daisy, faussement romantique mais foncièrement égoïste et son amie, l’amazone golfeuse Jordan, terre-à-terre et cynique, est réglé d’une manière platement classique : une opposition cygne blanc–cygne noir. Chacune des deux danseuses, dans les limites de ce cadre étroit, est convaincante. Olga Grishenkova (Daisy) est une longue danseuse blonde à la très belle ligne et Ekaterina Kalchenko (Jordan) une brune à la technique acérée. Chez les hommes, le personnage de Tom peine à convaincre. Le danseur Arthur Gaspar, assez petit, est trop éloigné du type de colosse-athlète imaginé par Fitzgerald. A l’inverse, si on admire les pectoraux (et les tatouages) d’Ivan Zhuravlev dans le rôle du garagiste bafoué George Wilson, on peine à reconnaître l’homme « vaguement séduisant » mais usé jusqu’à la corde qui tuera Gatsby sur un quiproquo avant de se suicider. Très présent sur scène, le personnage de Nick Carraway (Stanislav Skrinnik) ne parvient pas à s’imposer.

C’est que le principal défaut de la chorégraphie de Dwight Rhoden est que les pas des solistes, hautement acrobatiques, manquent cruellement de caractérisation. Alors comment faire exister un « narrateur » ?

The Great Gatsby. @Thegreatgatsbyballet

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Blog-trotters (Ailleurs), Ici Paris